Renens en chiffres
 
La ville de Renens est la 4e ville du Canton de Vaud en Suisse. Elle est le chef-lieu du district de l'Ouest lausannois qui regroupe les communes de Bussigny, Chavannes-près-Renens, Crissier, Ecublens, Prilly, Saint-Sulpice et Villars-Sainte-Croix et Renens.

Altitude
398 m (point le plus bas, passerelle sur la Mèbre dans le Bois du Caudray).
490 m (point le plus haut, chemin de Jouxtens).

Superficie
295 ha, dont 30 ha pour le domaine des CFF.
 
Renens est une cité "qui bouge" située au centre d'un nœud important de communications routières et de transports publics. Pas moins d'une douzaine de plans de quartiers sont en évolution, la modernisation de la gare et l'arrivée du tram t1 sont par exemple attendues à l'horizon 2020. 

Le centre-ville est animé par de nombreux commerces, cafés et restaurants. La place du Marché rénovée en 2011 est un lieu de rassemblement. De nombreuses animations s'y déroulent, le marché a lieu tous les samedis matin et mercredi en fin d'après-midi.

  

Si la ville est principalement composée d'immeubles locatifs et de quelques quartiers de villas, les espaces verts sont nombreux, forêts, parcs publics aménagés pour la détente ou les jeux pour enfants. Les industries ont progressivement disparu et ont laissé la place à des activités tertiaires.
 
L'écal, école cantonale d'art, a pris ses quartiers dans l'ancienne usine de collants Iril, réhabilitée par le célèbre architecte Bernard Tschumi 


Population
Les habitants de Renens s'appellent les Renanais. 
1860   400 habitants
1900   1'300 habitants
1910    3'300 habitants
1930   4'800 habitants
1950 6'000 habitants
1960   10'600 habitants
2000 17'883 habitants
2010 19'965 habitants
2015 20'810  habitants
2016 20'756 habitants

La population étrangère représente un peu plus du 50 % de la population totale. Une centaine de nationalités sont représentées, venant des cinq continents. Il faut noter qu’une partie importante d’étrangers sont nés en Suisse et y vivent, pour certains, depuis de nombreuses années.

Bref retour historique
Les premières traces et citations historiques de Renens remontent au Xème siècle déjà sous les dénominations de Runens, Rugnens ou encore Regnens.

Bien que les premières traces du nom de Renens remontent à l’an 896, l’histoire de la ville de Renens est plus récente.

Jusqu’à la fin du XIXème siècle, Renens n’était qu’un village à vocation agricole et viticole, situé dans les hauts de la commune et dominant une sorte de cuvette où s'écoulent, dans la direction du lac, la Mèbre et le ruisseau de Broye, les deux pals ondés d'argent qui garnissent l'écusson communal. A noter que les couleurs rouge et blanche se retrouvent dans quelques écussons des communes avoisinantes dans la mesure où se sont les couleurs de bases de toutes les communes ayant appartenu à l'Evêché de Lausanne.

L’histoire moderne de la ville de Renens est intimement liée aux chemins de fer. En effet, à la fin de l’année 1875, la Compagnie des chemins de fer de la Suisse-Occidentale décida de créer une grande gare de triage à Renens. La nouvelle gare fut ouverte au service le 1er juillet 1876. Après la fusion, en 1890 de la compagnie de la Suisse-Occidentale avec celle du Jura-Berne-Lucerne qui forma la plus puissante entreprise de transport en Suisse, le trafic devint surtout considérable à partir de 1903 où le réseau fut racheté par la Confédération. C'est à partir de cette date que le mouvement des marchandises et l'activité humaine s'accélèrent. Le village devient une cité industrielle où se sont installés au 20ème siècle de nombreux immigrés, qui ont contribué à l'essor de la ville.